PDF Imprimer Envoyer
BELGIQUE: Sint-Martens-Latem

Promenade à vélo dans la région de la Lys

A quelques kilomètres au sud-ouest de Gand, lovée sur les bords de la Lys, l’entité de Sint-Martens-Latem est en fait constituée des deux charmants villages de Deurle et Latem. La région, particulièrement belle et champêtre, a vu s’y installer, depuis la fin du XIXe siècle, de nombreux artistes. Cette combinaison unique de nature, de charme et d’art est une invitation pour les amateurs d’escapades culturelles et les promeneurs. Elle offre, en effet, de multiples possibilités de balades à pied et d’agréables itinéraires à vélo jalonnés de visites d’ateliers d’artistes ou de musées.

argaiv1820

Une colonie d’artistes

Une colonie d’artistes L’école de Sint-Martens-Latem a acquis une réputation internationale grâce à son mouvement expressionniste et symboliste. Entre 1898 et 1901, un premier groupe d’artistes s’installa le long de la Lys parmi lesquels figuraient, entre autres, le sculpteur Georges Minne, les peintres Valerius de Saedeleer et Gustaaf Van de Woestijne, ainsi que le frère de ce dernier, le poète flamand Karel Van de Woestijne. Leur oeuvre traduit une inspiration évidente puisée chez les Primitifs Flamands et chez Breughel, mais l’expression revêt une forme beaucoup plus sobre et dépouillée. De 1905 à 1910, un deuxième groupe suivit qui, sous les pinceaux de Fritz Van den Berghe, Albert Servaes, Léon et Gust De Smet et surtout Constant Permeke, ouvrit la voie à l’expressionnisme flamand. Les deux groupes partageaient une grande admiration pour la nature et sa relation avec l’homme, qu’ils représentèrent chacun avec leurs propres style et personnalité, mais en rejetant l’académisme formel. Les artistes qui firent le renom de Latem quittèrent presque tous la région à la veille de la Première Guerre mondiale, mais, aujourd’hui encore, Sint-Martens-Latem continue à attirer les peintres et les sculpteurs. Les musées de l’école de Sint-Martens-Latem

Le musée de Deinze expose les oeuvres des artistes qui s’installèrent dans la région de la Lys, illustrant les différentes périodes de la fin du XIXe siècle à nos jours. Une série de photos permet aussi de se faire une idée de l’élan créatif qui devait y régner au début du XXe siècle, lorsque toutes ces personnalités aujourd’hui célèbres s’y côtoyaient.

Le musée communal Gust De Smet fut la maison et l’atelier de cet expressionniste flamand de 1880 à 1940. L’exposition comprend plusieurs de ses oeuvres de 1915 à sa mort, en 1943.

A côté d’expositions temporaires, le Musée Dhondt-Dhaenens possède une riche collection permanente d’oeuvres de Jean Brusselmans, Gustaaf et Leon De Smet, Valérius De Saedeleer, James Ensor, George Minne, Constant Permeke, Albert Servaes, Albijn van den Abeele, Frits van den Berghe, Gustave van de Woestijne et Rik Wouters. Ces oeuvres furent acquises depuis 1920 par le couple Irma et Jules Dhondt-Dhaenens qui décida de les montrer au public à partir de 1967. Le musée est logé dans un long bâtiment moderne conçu par l’architecte Erik Van Biervliet.

Un peu plus loin, le Musée Leon De Smet fut la demeure où l’artiste du même nom résida pendant 36 ans sur les bords de la Lys. Une partie est consacrée à son oeuvre, une autre abrite une galerie d’art contemporain. Les villages de Latem et Deurle aujourd’hui Jusqu’à la moitié du XXe siècle, Sint-Martens-Latem et Deurle demeurèrent des communautés essentiellement agricoles, avec pour seules industries, l’une ou l’autre brasserie familiale et une distillerie. Mais ensuite, Latem surtout, prit un caractère de plus en plus résidentiel lorsque des Gantois, séduits par la beauté paysagère, furent nombreux à venir s’y installer. Aujourd’hui, la construction de grosses villas se poursuit au détriment des superbes bois de hêtres et de grands peupliers, grignottant peu à peu la nature qui fit l’attrait des bords de la Lys. Une région à découvrir à vélo Sillonnés de sentiers et de petites routes peu fréquentées, les environs se découvrent idéalement à vélo, d’autant que le terrain est plat, donc accessible à tous. Plusieurs cartes sont éditées par Toerisme Oost-Vlaanderen et les chemins sont bien balisés en un réseau cohérent et facilement reconnaissable. Lorsque deux ou plusieurs itinéraires se rencontrent, un petit panneau signale le numéro du croisement («knooppunt») et indique la direction du suivant. Il vous suffit de le repérer sur la carte pour poursuivre le trajet que vous avez choisi. Pour votre facilité, dans les circuits proposés ci-dessous, nous avons indiqué les numéros des croisements rencontrés. La plus longue excursion totalise 55 kilomètres, mais il est facile de la fractionner. Nous vous proposons ici des balades plus courtes. Elles forment une boucle ayant pour point de départ et d’arrivée le village de Deurle.



Mise à jour le Lundi, 02 Novembre 2009 14:52